Jan 16 2014
DxOMark logoSi DxO Optics Pro a su tirer son épingle du jeu malgré la domination de Lightroom, le banc d'essai optique DxO Analyser a fait bien mieux en devenant incontournable. Tous les labos de tests sérieux en sont désormais équipés, ou finiront par l'être, son adoption par dpreview ayant scellé le sort de ses concurrents. Il faut saluer cette belle réussite de l'ingénierie française dans un domaine, l'imagerie numérique, largement dominé par les Anglo-saxons et les Japonais. Ce banc d'essai, DxO Labs l'utilise pour créer les fameux modules de correction optiques embarqués dans DxO Optics Pro et dans DxO ViewPoint 2. L'éditeur, qui caractérise également les capteurs des appareils photo, met à disposition gratuitement sur le site DxOMark une synthèse de ces mesures qui fournissent une évaluation de la qualité des matériels testés et, dans le cas des boîtiers, permet de les comparer entre eux. Cette mine d'informations a cependant deux défauts : la quantité, qui peut noyer l'amateur, et la seule disponibilité en langue anglaise qui peut décourager le Français. DxOMark étant devenu une source d'information majeure pour qui s'intéresse au matériel ou envisage une acquisition, je vous propose un mode d'emploi du site, en commençant par le décryptage des mesures et des scores des capteurs.
 
 
Principes de l'évaluation DxOMark des capteurs
 
Je ne m'étendrai pas sur le protocole d'évaluation des capteurs, d'autant moins que je ne le connais pas en détail. Ce qui frappe quand on visite le labo de DxO Labs à Boulogne, c'est le grand professionnalisme des tests effectués. Il s'agit clairement d'un processus industriel, très loin de ce qui est accessible par les amateurs. 
 
DxOMark boitiers 00
 
Il est important de savoir, avant toute autre chose, que les mesures sont faites sur le fichier Raw avant tout traitement. Elles évaluent ainsi le potentiel intrinsèque du capteur avant le dématriçage et toutes les opérations logicielles réalisées par le processeur (ou par un logiciel de développement) pour produire le Jpeg. C'est là une différence fondamentale avec tous les labos qui shootent des mires et examinent des bitmaps (imprimés ou sur écran), évaluant ainsi toute la chaîne de traitement. Un tel protocole produit autant de résultats différents que de réglages du boîtier ou de paramétrages du logiciel de développement. Ceux qui évaluent le Jpeg direct avec les valeurs par défaut du boîtier, comme s'il s'agissait d'une vérité transcendantale, ne sont pas plus pertinents que les autres. Dans tous les cas, ce qui est évalué est seulement une interprétation du Raw, une parmi une infinité. Dans le meilleur des cas, ces mesures viennent en complément de celles, objectives, de DxO Labs.
 
L'autre singularité de l'évaluation DxOMark est la normalisation des résultats qui permet de comparer des boîtiers dont les capteurs ont des définitions différentes. Nous verrons que les mesures brutes sont également fournies, mais ce ne sont pas elles qui servent pour le calcul des scores. Là encore, cela fait toute la différence avec la palanquée de sites qui comparent des boîtiers en pixel peeping, induisant de lourdes erreurs d'analyse et de diagnostic. Même un site majeur comme dpreview n'a pas su éviter cette erreur, comme je l'avais montré il y a quelques années.
Ce choix judicieux de DxOMark a notamment permis de battre en brèche l'idée fausse qui stipule que plus un capteur a de pixels, plus le bruit est élevé. C'est vrai au niveau du pixel, mais faux si on examine le résultat à taille de tirage ou d'affichage identique. La route est encore longue pour convaincre tout le monde, mais l'apport de DxO Labs est précieux.
 
DxO Labs mesure trois catégories de caractéristiques : la profondeur de couleur, la dynamique et la sensibilité. À partir de ces mesures, trois scores thématiques et un score global sont produits (nous en parlerons plus loin). Le score global est normalisé pour un tirage 20x30 cm à 300 dpi. Ce choix, fait il y a plusieurs années quand les capteurs affichaient une définition moyenne de 10-12 Mpx, mériterait sans doute d'être réévalué, mais il reste pertinent pour la majorité des photographes qui impriment rarement en A3+ et au-delà.   
 
 
Trouver ses repères sur le site DxOMark
 
DxOMark contient tellement d'informations qu'il n'est pas toujours aisé d'y trouver ce que l'on cherche. La nouvelle mouture a opté pour un menu déroulant classique.
 
DxOMark boitiers 01
 
Celui qui va nous intéresser aujourd'hui est le menu "Cameras" qui comporte trois sous-menus : la base de données des capteurs, le classement des capteurs et une modalité de comparaison de boîtiers.
 
 
DxOMark boitiers 02
 
La base de données peut être filtrée par de nombreux critères : le constructeur, la définition du capteur (en Mpx), le type d'appareil, le format du capteur et le prix d'introduction de l'appareil. On voit ci-dessus la présentation de la base avec le filtre "Sony". On peut accéder par cette page aux mesures de chaque boîtier testé (marqué "Tested" en gris) en cliquant sur son nom ou sur sa vignette. On peut aussi le sélectionner dans l'optique d'une comparaison.
 
 
DxOMark boitiers 03
 
Le sous-menu "Camera Sensor Ratings" aboutit à une page comme celle ci-dessus. Tous les boîtiers sont classés dans un menu déroulant et sont pointés sur un graphe en fonction de leur date de sortie et de leur score global. La liste peut être réduite à l'aide des filtres cités plus haut. Cliquer sur un appareil dans la liste déroulant ou sur le graphe ouvre la page dédiée aux mesures du boîtier.
 
 
Décryptage des mesures et des scores
 
La page dédiée à un boîtier se présente comme dans l'exemple ci-dessous.
 
DxOMark boitiers 04
 
Le score "Portrait" correspond à la profondeur de couleur. Il indique le nombre maximal de nuances de couleurs, exprimé en bits, que le capteur peut enregistrer. DxO Labs considère que le résultat est excellent à partir de 22 bits.
Le score "Landscape" correspond à la plage dynamique. Il indique le nombre maximal de niveaux de luminosité, exprimé en IL (ou EV), compris entre la tonalité la plus sombre (non noire) et la tonalité la plus claire (non blanche) que le capteur peut enregistrer. Un résultat de 12 IL est considéré comme excellent.
Le score "Sports" correspond à la sensibilité en basse lumière. Il est pour l'essentiel issu des mesures du rapport signal/bruit de l'appareil. Pour synthétiser ces mesures, DxO Labs a choisi d'indiquer la sensibilité de l'appareil qui produit un SNR de 30 dB, considéré comme excellent.
Le score "Overall Score", synthèse de ces trois scores thématiques, est normalisé afin de rendre les boîtiers comparables. Il suit une progression logarithmique (5 points correspondent à environ 1/3 IL) et l'échelle est ouverte (il ne s'agit pas d'un pourcentage).
 
En cliquant sur l'onglet "Mesurements", on accède à plusieurs graphiques résumant les mesures.
 
 
DxOMark boitiers 05
 
Le premier graphique "ISO Sensitivity" donne la sensibilité réelle de l'appareil comparée à celle indiquée par le constructeur. Ainsi, sur l'Alpha 7R, la sensibilité 400 ISO correspond en réalité à une sensibilité de 292 ISO. Ce graphique est avant tout informatif et peut mettre en évidence des sensibilités "artificielles", comme ici les 50 ISO de l'Alpha 7R qui sont en réalité une simple interpolation du 100 ISO. Cela étant, le fait que les sensibilités réelles soient (très souvent) inférieures aux sensibilités annoncées n'est pas un problème (c'était déjà le cas en argentique).
 
 
DxOMark boitiers 06
 
Le "SNR 18%" est le rapport signal sur bruit pour un gris moyen de réflectance 18% (qui correspond à la luminosité moyenne d'une photo normalement exposée). Le score "Sports" est issu de ce graphe (c'est la valeur de la courbe pour un SNR de 30 dB, ici 2746 ISO réels). On constate que la courbe décroît très linéairement, la perte étant d'environ 3 dB à chaque augmentation de 1 IL de la sensibilité (qui correspond à une multiplication de sa valeur par 2). Ce graphique "Print" affiche les valeurs normalisées.
 
 
DxOMark boitiers 07
 
Le graphique ci-dessus est également un SNR 18%, mais cette fois en mode "Screen" (à sélectionner dans le coin supérieur gauche), c'est-à-dire en visualisation à 100% (pixel peeping). L'écart avec le score "Print" est de 6.6 dB, qui correspond au rapport de définition entre la référence de normalisation (environ 8 Mpx) et l'appareil (36 Mpx). Chaque multiplication par 2 du nombre de pixels fait plonger le SNR d'environ 3 dB. Quand on examine le résultat d'un boîtier comme le Canon EOS 30D, dont le capteur est un 8 Mpx, on constate que les deux courbes "Print" et "Screen" sont identiques, le boîtier possédant la définition de référence. Comparer le SNR "Screen" de deux boîtiers dont les capteurs ont une définition différente est donc une erreur méthodologique, comme le sont les comparaisons d'images en zoom 100 % qui pullulent sur la toile.
 
 
DxOMark boitiers 08
 
Le graphique "Dynamic Range" donne la mesure de l'étendue de la plage dynamique que le capteur peut enregistrer pour chaque sensibilité. Le calcul dépend du seuil au-delà duquel on considère que le signal est trop bruité. Celui choisi par DxO Labs est de 0 dB. Avec un seuil plus sévère (10 ou 20 dB), la forme de la courbe ne serait guère modifiée, mais les valeurs seraient plus faibles (ce qui peut expliquer les différences avec d'autres protocoles de test).
Le score "Landscape" est la valeur maximale de la courbe, généralement obtenue à la sensibilité la plus basse. On remarque la décroissance de la courbe qui perd environ 1 IL à chaque doublement de la valeur ISO. Cela rappelle que, même quand le bruit est bien contenu, l'augmentation de la sensibilité a d'autres effets délétères sur l'image.
 
 
DxOMark boitiers 09
 
Le "Tonal Range" est le nombre de niveaux de gris que le capteur peut restituer. Le résultat est donné en bits, le nombre de niveaux de gris valant 2 puissance la valeur du Tonal Range. La montée du bruit fait régresser cette plage tonale lorsqu'on augmente la sensibilité ISO.
 
 
DxOMark boitiers 10
 
La "Color Sensitivity" correspond au nombre maximal de nuances de couleurs que le capteur peut enregistrer. La composante chromatique du bruit fait progressivement chuter le résultat à mesure que la sensibilité augmente. Le résultat est donné en bits, le nombre total de nuances étant 2 puissance la valeur de CS. Le score "Portrait" est la valeur maximale de la courbe.
 
 
DxOMark boitiers 11
 
Le "Full SNR" est le tableau complet du rapport signal/bruit à toutes les sensibilités et pour toutes les valeurs de gris. Le SNR du graphique plus haut est une coupe verticale de ce tableau pour un gris 18% (en version "Screen", donc non normalisée). La pente des courbe est intéressante à considérer. Elle permet par exemple d'évaluer l'impact du choix du seuil de 0 dB pour le bruit. Ainsi, certains boîtiers qui ont un SNR très élevé, mais qui chute vite quand le gris s'assombrit, sont pénalisés par la valeur basse du seuil.
 
 
DxOMark boitiers 12
 
Les graphes "Color Response" ne sont pas simples à comprendre. Résumé en quelques mots, ils évaluent la capacité du capteur à restituer les trois primaires de l'espace sRGB, sachant notamment qu'un capteur à matrice de Bayer enregistre des couches RVB incomplètes. Moins une couleur primaire restituée sera pure, plus il faudra la corriger et plus cela introduira de bruit. Dans le cas de l'Alpha 7R, on voit que la sensibilité au rouge est plus faible (graphique du bas). Alors que la couche rouge (graphique en haut à gauche) devrait contenir essentiellement du rouge, un peu de vert et quasiment pas de bleu, la contribution du rouge est un peu basse et la quantité de bleu n'est pas négligeable. Rassurez-vous, ce comportement est plus que classique sur les reflex, l'Alpha 7R s'en sortant très bien.
 
 
DxOMark boitiers 13
 
Le graphique "Full CS" montre les ellipses formées par les covariances du bruit pour plusieurs couleurs dans l'espace de couleur CIE Lab. On peut les afficher pour toutes les sensibilités de l'appareil et pour les valeurs de luminance 30, 50 et 70 (ici 1600 ISO, L50). On peut ainsi observer la direction de l'erreur et son amplitude. Idéalement, les covariances sont nulles (de fait, elles sont très faibles à basse sensibilité), mais elles s'étendent à mesure que la sensibilité augmente.
 
 
Comparer plusieurs boîtiers
 
DxOMark permet de comparer les résultats de trois boîtiers. La comparaison est faite sur une base normalisée. 
 
DxOMark boitiers 14
 
Après avoir sélectionné les boîtiers en cliquant sur "Select" dans les diverses pages où cela est possible, il suffit de cliquer sur le bouton "Compare up to 3 items" pour lancer la comparaison.
 
 
DxOMark boitiers 15
 
Voici un exemple de présentation de la comparaison des scores pour les deux boîtiers plein format concurrents de l'Alpha 7R (d'un point de vue tarifaire). On constate que les scores globaux de l'Alpha 7R et du Nikon D610 sont très proches et devancent le Canon 6D. Les scores thématiques sont également proches pour le Sony et le Nikon, le Canon perdant du terrain en profondeur de couleur et en dynamique (plus de 2 IL, ce qui n'est pas rien). En revanche, malgré la grosse différence apparente en sensibilité, celle-ci correspond à moins de 1/2 IL, ce qui n'est pas très significatif. 
 
 
DxOMark boitiers 16
 
Chacun des graphiques présentés plus haut peut afficher les courbes des boîtiers sélectionnés. Celui de la plage dynamique est intéressant, car si le Canon 6D est clairement inférieur en valeur maximale (à la sensibilité la plus faible), c'est lui qui passe en tête au-delà de 1600 ISO. Selon votre pratique photo, l'appréciation de ce résultat pourra ainsi être différente. Cela montre qu'un score global ne peut suffire et qu'il est indispensable d'examiner les détails des mesures.
 
 
Recommandations
 
En conclusion de ce mode d'emploi de la partie "capteurs" de DxOMark, voici quelques recommandations :
• Le site contient beaucoup d'informations que les scores ne reflètent qu'imparfaitement. Même si c'est un peu complexe au début, cela vaut vraiment la peine de s'immerger dans le détail des mesures afin d'évaluer le boîtier par rapport à ses besoins et sa pratique photo. Si par exemple vous ne faites que du paysage ou du portrait à basse sensibilité, vous n'avez que faire de l'évaluation des dégradations de l'image liées à la montée du bruit.
• Considérez les mesures "Screen" avec précaution et, surtout, gardez-vous de comparer des boîtiers sur cette base : même si DxOMark le permet, cela n'a aucun sens.
• Évitez de comparer des boîtiers dont les tailles de capteurs sont différentes. Si vous le faites, n'oubliez pas que la taille du capteur a d'autres implications (profondeur de champ, etc.).
 

Commentaires   

 
# Matrice de bayerPaul L. 17-01-2014 09:28
Article très intéressant, merci.
Les résultats sur la colorimétrie ne me surprennent pas, les trois filtres de la matrice de Bayer sont assez larges : le bleu de 420nm à 550nm, le vert de 460nm à 620nm et le rouge de 550nm à 700nm environ. Il est donc normal qu'une lumière verte à se retrouve sur les trois canaux RGB du capteur...
Je suppose que le choix de la largeur de ces filtres passe-bande est pour les constructeurs un compromis entre la capacité à suffisamment distinguer les trois couleurs (filtre passe bande étroit) et la nécessité de capter le maximum de lumière pour une meilleure sensibilité en ISO (filtre passe bande large).
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Matrice de bayerPatrick Moll 17-01-2014 16:29
Oui, c'est exactement ça. Il aurait fallu ajouter les courbes de sensibilité spectrale du capteur pour aller plus loin dans l'explication, mais j'ai eu peur que cela alourdisse trop l'article, déjà passablement long... :roll:
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# DxoLLAMAS 17-01-2014 15:44
Merci pour toutes ces précisions très utiles
Alain
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: DxoPatrick Moll 17-01-2014 17:56
Merci Alain. C'est un peu long, mais c'était difficile de faire plus court... ;-)
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# Score "Sports"Raphaël 17-01-2014 16:19
Citer :
Le score "Sports" est issu de ce graphe (c'est la valeur de la courbe pour un SNR de 30 dB, ici 2746 ISO constructeur).
Je ne comprends pas bien ce passage, si DXO indique la sensibilité pour un rapport SNR supérieur à 30%, pour permettre une comparaison équitable, il devrait donner le score en ISO absolu et non pas ISO constructeur?

Merci pour cet article clair, bien rédigé et utile, comme à ton habitude
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Score "Sports"Patrick Moll 17-01-2014 16:25
Oui, bien sûr, ce sont les ISO réels, pas les ISO constructeurs (c'est d'ailleurs inscrit dans la légende du graphique). J'ai corrigé, merci... :-)
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# Score capteursCed 17-01-2014 19:11
Merci pour cet article.
Sans remettre en question les tests dxo, comment est-ce possible que le capteur du 400d ai un meilleur score que celui du 700d?!
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Score capteursPatrick Moll 17-01-2014 20:39
C'est quelque chose qu'on observe depuis plusieurs années : toutes les marques progressent en qualité de capteur, mais pas Canon. C'est moins vrai pour les boîtiers pros, mais le 5DMkIII n'a progressé que de 10 points par rapport au premier 5D et se trouve assez loin derrière les appareils plein format de Nikon et de Sony. Canon, bien que précurseur du CMOS, n'est pas un électronicien. Nikon non plus, mais la marque jaune a abandonné l'idée de construire ses propres capteurs et les fait faire par Sony, Aptina et d'autres dont c'est la spécialité...
Il faut toutefois ajouter à ce constat que Canon a fait d'énorme progrès dans le post-processing, ce qui comble en partie pour les Jpeg le déficit observé pour les Raw (ne pas oublier que DxO évalue le Raw à l'exclusion de tout traitement).
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# DXO ne suffit pas et ne suit pas !pierremes 18-01-2014 09:48
Je consulte régulièrement le très bon site DXOMark tant pour les appareils que pour les objectifs.

Je peux comprendre que, devant le renouvellement de plus en plus rapide du matériel photographique, il est difficile de suivre pour analyser rapidement les nouveaux appareils. Je constate ainsi, par exemple pour Fujifilm, que des appareils de 2010, 2011 et 2012 sont toujours en "preview". Ce qui peut être gênant pour quelqu'un qui veut acheter un appareil d'occasion. Pour certains appareils, l'analyse est rapide (Sony A7R), pour d'autres elle arrive de longs mois après la sortie de l'appareil.

Les qualités du capteur sont évidemment très intéressantes, mais ne suffisent pas du tout pour guider l'achat. Étanchéité, qualité de la visée, rapidité de l'autofocus, etc. sont aussi des éléments déterminants suivant les exigences de chacun.

Changeant assez souvent d'appareil, je consulte donc DXOMark, mais aussi et principalement dpreview.com où l'analyse est beaucoup plus détaillée.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: DXO ne suffit pas et ne suit pas !Patrick Moll 18-01-2014 16:52
Fuji est un cas particulier : en adoptant une nouvelle répartition des couleurs pour la matrice de filtrage, ils rendent inopérants les algorithmes conçus pour la matrice de Bayer. Les boîtiers Fuji qui embarquent un capteur X-Trans ne peuvent ainsi pas être testés, du moins tant que DxO Labs n'a pas construit de nouveaux algorithmes spécifiques pour eux. Cela ne semble pas être leur priorité, mais à leur décharge, la techno X-Trans semble surtout être un coup marketing au contraire du Foveon qui était une petite révolution technologique (même s'il n'a pas percé).
Pour les autres marques, ce que tu écris est faux : les boîtiers sont désormais testés très vite, parfois avant même qu'ils soient disponibles dans le commerce. Il suffit de regarder : il n'en manque quasiment aucun.

Pour le reste, je suis bien d'accord avec toi : le potentiel du capteur n'est pas le seul critère de choix pour un boîtier. DxOMark est donc une référence nécessaire, mais pas suffisante et dpreview est en effet une excellente source complémentaire.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# DXO parfois en retardpierremes 18-01-2014 20:30
Admettons le cas particulier du Fujifilm, quoique.

Je constate que sont toujours en "preview"
- Olympus Stylus XZ-10,sorti le 30 janvier 2013,
- Olympus PEN E-PL6, sorti le 10 mai 2013,
- Samsung NX2000, sorti le 1 mai 2013,
- Samsung GALAXY NX, sorti le 20 juin 2013,
etc.
Je n'en fais pas une maladie, loin de là, mais je n'apprécie pas qu'on écrive "ce que tu écris est faux".
De plus, à mes yeux, dpreview est la source principale (souvent aussi en retard)vu l'étendue complète de ses tests, et DXO une source complémentaire.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: DXO parfois en retardPatrick Moll 18-01-2014 21:52
Bah... les exceptions confirment la règle. Ce que tu écris aurait été justifié il y a deux ans, mais DxO Labs a depuis passé la vitesse supérieure pour les tests et la prise en charge des boîtiers et pour la création des modules optiques. Du coup, c'est assez injuste de continuer à leur faire ce procès...

Pour ce qui est de dpreview, c'est une source majeure à laquelle je m'abreuve également. En revanche, j'ai passé trop d'heures ici et ailleurs à expliquer pourquoi leur protocole est foireux (pixel peeping) pour le considérer comme une source principale. Pour moi, il y a DxOMark et les autres pour ce qui est des tests de capteurs.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# quels objectifs ?tryagain34 18-01-2014 14:39
Bonjour à tous,
Je suppose que pour évaluer un capteur, il faut lui mettre un objectif devant !
Par quel artifice dxo peut il comparer des boitiers de marques différentes, si l'objectif utilisé n'est le même ?
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: quels objectifs ?Patrick Moll 18-01-2014 17:08
DxO Labs a choisi de traiter séparément les caractéristiques du capteur et des objectifs, en mettant côté objectifs tout ce qui n'est pas dissociable. La profondeur de couleur, la dynamique et le bruit, évalués ici, sont des caractéristiques qui ne dépendent en rien de l'objectif, au contraire du piqué, du vignetage, de la distorsion, de l'aberration chromatique, de la transmission ou de la définition résiduelle (que nous étudierons dans le second volet de ce mode d'emploi). DxO Labs peut donc utiliser n'importe quel objectif pour les mesures présentées ici. Ils choisissent sans doute un objectif neutre du point de vue de la colorimétrie afin de pouvoir faire un test "Color Response" aussi précis que possible.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: quels objectifs ?Pascal 18-01-2014 19:27
Citation en provenance du commentaire précédent de Patrick Moll :
...Ils choisissent sans doute un objectif neutre du point de vue de la colorimétrie ...


Bonjour Patrick,
je ne suis pas sûr que cela existe ! En fait, aucun des miens ne possède le même rendu, même si certains paraissent proches. De là à dire qu'il y en a un de neutre dans le tas, je ne m'y risquerai pas.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: quels objectifs ?Patrick Moll 18-01-2014 22:17
J'ai discuté de ça à plusieurs reprises avec des spécialistes de l'optique, avant de faire moi-même un test avec plusieurs optiques Sony, Minolta et Zeiss il y a quelques mois (shooting d'une mire et analyse colorimétrique avec Imatest en suivant ce protocole). Les différences sont très faibles, et pas de nature à perturber la mesure de "Color Response". J'ai un seul objectif qui a donné un résultat légèrement plus chaud, sans pour autant augmenter le ΔC*ab).
Si tu peux, essaie de faire un test complémentaire avec une colorchecker et un éclairage en lumière continue. Fais plusieurs clichés avec le même objo pour vérifier que le protocole est bien reproductible. Et ne fais pas confiance à tes yeux : si tu n'as pas de logiciel d'analyse, fais une moyenne de la partie intérieure (environ 50% de la surface) de chaque carré coloré de la colorchecker et mesure le résultat à la pipette.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: quels objectifs ?Pascal 19-01-2014 09:39
J'ai fait ce test il y a un moment déjà. Je possède des optiques Nikon et Angénieux de générations différentes et leur rendu sont bien différenciés d'une génération à l'autre, à tel point que j'ai été amené à générer les profils de mon boîtier par objectif, ce qui n'est pas superflu car très sensible dans les tons chair! Il y a nettement moins de différence lorsque les objectifs sont de la même génération (de la même marque), donc avec le même traitement de surface ; mais de là à dire que dans le tas il y en a au moins un dont le rendu est neutre, je ne le dirai pas.
Maintenant, si ça ne perturbe pas les mesures de DxO, c'est tant mieux. Mon but est d'obtenir la meilleure justesse de restitution et non la mesure d'écarts relatifs
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: quels objectifs ?Patrick Moll 19-01-2014 14:55
Rhaaaa... Angénieux. Combien je regrette d'avoir vendu mon Angénieux 28-70/2.6 il y a quelques années !
Je comprends mieux ce que tu dis, car en effet les optiques des temps argentiques avaient parfois une "couleur". Si tu regardes les vieilles fiches optiques de Chasseur d'Images (j'ai tout gardé), tu vois parfois une indication comme "légèrement chaud". Ces temps semblent révolus, car aucune optique récente que j'ai testée ne montre de dominante. Cela étant, je n'ai testé que des optiques en monture Alpha. C'est peut-être différent chez Canon et Nikon...
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# comparaison dxo de boitier SonyOLIVARES 19-01-2014 10:39
Bonjour
Merci pour ces explications.
Après, mise en application,j'ai donc voulu comparer quelques capteurs aps-c de boitier sony entre eux.
Alpha 77,65,nex 7 et alpha 3000.(voir alpha 55)
Les deux derniers ont de meilleurs moyennes, il n y a pas le miroir semi-transparent.
Mais je suis surpris que l'alpha 77 est un poil au dessus du 65 alors que la technologie est la même(même capteur et même électronique )
Traitement de faveur ?
J'avoue ne pas comprendre ce qui peut l'expliquer.
Donc les intérets principaux du miroir semi transparent concernent:
moins de vibration qu'un reflex classique
un autofocus plus rapide et continu en photo et vidéo
au prix d'une baisse sensible de la sensibilité et des scores du capteur?
Et passage à la visée électronique en conséquence avec toutes les discussions qui vont avec.
Cette technologie va t' elle être abandonné pour des capteurs avec l'autofocus en phase intégré au capteur afin d'exploiter le capteur à son potentiel maximum ?
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: comparaison dxo de boitier SonyPatrick Moll 19-01-2014 15:26
L'écart global de 4 points entre l'es Alpha 77 et 65 n'est pas très significatif, mais pas négligeable non plus. Le capteur est probablement identique, mais il est possible que Sony ait mis une électronique un peu plus cheap dans l'Alpha 65 pour en réduire le coût. Il suffit que le bruit soit un poil plus important pour faire tomber les notes de profondeur de couleur et de dynamique. Cela étant, ça reste à très haut niveau...

Sinon en effet, le miroir semi-transparent consomme près de 1/2 IL de lumière, ce qui fait tomber les scores d'autant. Il est probable que le miroir finisse par disparaître complètement, mais il manque encore une génération pour que l'AF phase sur capteur s'approche de l'AF phase classique de reflex. La qualité d'image s'en trouvera logiquement améliorée et rejoindra celle des boîtiers en monture E.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# Débruitage dans le RawJean-Marie 20-01-2014 14:30
Bonjour,
Et merci Patrick pour cette présentation de qualité.
Elle m'amène à formuler une question que je me pose depuis un certain temps : les analyses de DxO sont faites sur les raw afin d'être les plus pertinentes possibles ; mais cela assure-t-il une totale impartialité, sachant que le format raw n'exclut pas un préprocessing?

Je m'explique : il y a quelques années de cela, il était de notoriété publique dans le milieu des astrophotographes, que les boitiers Nikon procédaient à une première réduction du bruit avant de produire leur fichiers raw. Cela était problématique pour cette pratique photographique, car qu'y a-t-il de plus semblable qu'un pixel chaud que l'on veut "éliminer" et qu'une étoile ponctuelle que l'on veut conserver? C'est pourquoi les astrophotographes se tournaient davantage vers Canon.

Ce préprocessing existe-t-il donc toujours chez Nikon? Chez d'autres marques également? Auquel cas les dés seraient un peu pipés.
Et serait-on dès lors en droit de se dire qu'un boitier Canon (pour l'exemple) étant moins bon au départ, le traitement de ses raw présente en revanche une plus grande marge d'amélioration?

Bonne photos à tous.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Débruitage dans le RawPatrick Moll 20-01-2014 23:02
Toutes les marques, y compris Canon, traitent (légèrement) le bruit en amont sur le signal analogique. A ce qu'il me semble, les boîtiers Canon utilisés en astro (20Da et 60Da) le sont parce qu'ils sont défiltrés et ne rabotent pas des détails très fins (qui peuvent être des étoiles). Les autres étaient beaucoup utilisés à l'époque où Canon était leader en maîtrise de bruit. Mais ça, c'était avant... Si Nikon appliquait un débruitage amont appuyé, les images perdraient en piqué. Or, ce n'est pas du tout le cas : on constate que dans les tests optiques, les objectifs haut de gamme crèvent le plafond. De plus, DxO sait très bien reconnaître les Raw traités (voir ma réponse au commentaire suivant).
Cette histoire de débruitage amont est devenue une légende urbaine que les Canonistes se racontent entre eux pour se rassurer. Si cette légende était une réalité, ça n'expliquerait de toute façon en rien la stagnation depuis des années alors que toutes les autres marques ne cessent de progresser...
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Débruitage dans le RawJean-Marie 21-01-2014 10:10
Merci beaucoup pour cette mise au point ;)
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Débruitage dans le RawPatrick Moll 21-01-2014 23:36
J'ajouterai tout de même, pour rendre justice à la marque rouge, que Canon est la principale "victime" du seuil très bas de 0 dB choisi par DxOMark. Quand on observe avec attention les courbes de SNR des boîtiers Canon, on voit que si le seuil était à 10 ou 15 dB, leur notation serait sensiblement meilleure (pas dans l'absolu, car toutes les notes baisseraient avec un tel seuil, mais relativement aux autres marques).
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# Dynamic rangePierre-Jean 20-01-2014 18:25
La courbe de Dynamic range de certains capteurs (k5 par exemple) fait apparaître une partie dite "smoothed". Qu'est-ce que cela signifie?
merci
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Dynamic rangePatrick Moll 20-01-2014 23:11
Smoothed, ça veut dire que le signal analogique ou numérisé, a été traité avant l'écriture du Raw et que ça se voit (par par nous, mais par l'analyse DxO qui peut repérer des singularités). Dans ce cas, DxOMark le signale.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursFrédéric 20-01-2014 18:52
Passionnant (et les commentaires itou) ! Merci pour le boulot !
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursPatrick Moll 20-01-2014 23:14
Merci... :-)
Si ça peut convaincre les lecteurs de s'informer sur DxOMark plutôt que sur la pléthore de sites qui publient des tests douteux ou aux protocoles franchement erronés, cela aura valu la peine d'écrire cet article...
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# haut ISOPaul L. 22-01-2014 13:25
Merci également pour ce rappel concernant l'effet de la sensibilité ISO. A trop haut ISO, la dynamique diminue, la plage tonale également, la précision de la colorimétrie aussi... bref, cela va bien plus loin que le simple grain !
Perso, c'est surtout sur l'aspect colorimétrie à haut ISO que mon A99 me frustre parfois.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: haut ISOPatrick Moll 22-01-2014 23:02
Quel logiciel de développement utilisez-vous ? Avec DxO Optics Pro, la préservation des couleurs est impressionnante, tandis que Lightroom et Capture One se débrouillent plutôt bien.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: haut ISOPaul L. 23-01-2014 09:47
J'utilise LR4 et shoote en raw souvent entre 3200 et 6400 ISO. Malgré tout, c'est bien les nuances et la richesse des couleurs qui me chagrinent parfois un peu, au delà du côté grain encore une fois.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: haut ISOPatrick Moll 24-01-2014 13:28
Les graphes "Color sensitivity" et "Full CS" de DxOMark montrent qu'à 3200 et 6400 ISO, on a perdu pas mal de profondeur de couleur et en précision. Alors que l'Alpha 99 est l'un des meilleurs boîtiers de ce point de vue. Je comprends votre frustration, mais il n'y a pas de miracle en électronique, même si DxO Optics Pro permet de sauver plus que les meubles...
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: haut ISOPaul L. 27-01-2014 12:15
Je sais qu'il n'y a pas de miracle de ce point de vue là ! Je voulais simplement appuyer votre article sur l'effet de la sensibilité qui est trop souvent réduite au fameux grain. Cordialement.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: haut ISOPatrick Moll 29-01-2014 02:31
Je l'avais bien entendu ainsi... ;-)
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# Super articleChristophe 04-02-2014 21:05
Encore un article super enrichissant, merci de nous l'offrir sur ton site!
J'avais pas noté que la plage dynamique était quasiment toujours plus importante aux isos les plus bas proposés par l'appareil :oops:
Cette info semble contradictoire avec ce que l'on peut lire ça et là concernant les isos natifs des appareils (plutôt aux alentours de 200 isos)
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Super articlePatrick Moll 04-02-2014 23:53
Ah ? J'ai lu beaucoup d'âneries sur les forums, mais pas celle-là... ;-)
C'est logique que la plage dynamique soit la plus importante aux ISO les plus bas. Quand on monte en sensibilité, le signal est amplifié et ne peut que se dégrader à cause du bruit.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# Alpha 500 ?Paul L. 05-02-2014 09:20
La série Alpha 450,500 et 550 ne démarrait qu'à 200ISO... était-ce parce que les capteurs étaient natifs en 200 ISO et que le positionnement moyen de gamme faisait qu'une extension vers le bas à 100ISO n'existait pas ?
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Alpha 500 ?tryagain34 05-02-2014 11:12
Je dis peut être une bêtise, mais je pense qu'il s'agissait de construction de capteur:
un positionnement à 100 iso, aurait conduit à une saturation en photons de certains photosites(sur les forts éclairages).
(merci Patrick de virer mon message si je raconte une grosse ... betise :eek: )
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Alpha 500 ?Christophe 05-02-2014 20:52
le capteur du 6D à une sérieuse cassure de pente de sa courbe Dynamique = f(iso) aux alentours de 200 isos. A 100 isos il est à peine meilleur qu'à 200 isos. Cela n'est il pas lié à une extrapolation qui montrerait que les isos natifs du capteur sont à 200
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Alpha 500 ?Patrick Moll 06-02-2014 00:55
C'est la courbe SNR qui donne la réponse à ce genre de question. Le bruit augmente fortement entre 100 et 200 ISO boîtier, ce qui montre qu'il y a amplification du signal. La sensibilité nominale du capteur est donc 100 ISO (80 ISO réels), et la faible décroissante de la dynamique entre 100 et 200 ISO est un bel exploit de la part de Canon (qui ne part toutefois pas de très haut, comparé aux boîtiers Sony ou Nikon qui ont 2 IL de mieux à la sensibilité nominale).
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursmahikeulbody 20-02-2014 21:21
Citer :
Cela étant, le fait que les sensibilités réelles soient (très souvent) inférieures aux sensibilités annoncées n'est pas un problème.
Ça permet de truander les sites (et donc leurs lecteurs) qui affichent des images faites à différentes sensibilités (sensibilités affichées par le boîtier...). Ça ne serait pas gênant si l'écart était assez semblable sur tous les boîtiers mais j'ai trouvé l'exemple du OMD-EM5 dont la sensibilité mesurée est carrément la moitié de la sensibilité "affichée" sur toute la courbe ! Une comparaison sur l'outil de DPReview est complètement faussée dans ce cas. Bon, ça n'enlève rien aux qualités du capteur des OMD qui reste assez proche de celui du NEX 6, plus grand, mais c'est un hic de plus (qui s'ajoute à ceux que vous avez énuméré) sur la pertinence de ce type de comparaisons...
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursPatrick Moll 20-02-2014 21:28
Ne me poussez pas à dire ce que je pense des tests dpreview, je me suis déjà laissé allé il y a quelques années. Tout a changé côté optiques grâce à la collaboration avec DxO Labs, mais il reste des faiblesses côté capteurs, et surtout de véritables pièges pour ceux qui ne maîtrisent pas bien les notions sous-tendues (notamment le pixel peeping)...
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursmahikeulbody 20-02-2014 21:39
Je pensais surtout à leur outil de comparaison d'images (qui intègre donc capteur+optique). Ce qui cache d'ailleurs un autre point qui ne saute pas aux yeux de tous (même si c'est indiqué sur le site) : les images affichées pour "comparaison" le sont avec l'optique de référence (i.e. la meilleure) du boîtier concerné. Si vous avez prévu de rester sur le zoom en kit ou de de n'acheter qu'une ou deux focales fixes à prix raisonnable, j'imagine que ça peut donner des résultats assez différents...

Bon, j'ai pas forcément prévu d'acheter un Sony (je vise plutôt l'OMD-EM10 à venir, le A6000 sortant trop tard pour moi : je veux mon nouvel appareil fin mars au plus tard pour cause de voyage) mais je mets votre site dans mes bookmarks, j'ai appris plein de choses cet après-midi !
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursPatrick Moll 20-02-2014 21:52
Si j'ai choisi de ne parler que du matériel Sony sur alpha-numérique, c'est pour deux raisons : d'abord parce que c'est celui que j'utilise et le seul que je connais vraiment, ensuite parce que ça évite les querelles de chapelles. Cela produit un environnement dépassionné où tout le monde est le bienvenu, même s'il n'est pas concerné par les articles sur le matériel. Il faudrait par curiosité que je fasse un sondage pour savoir quelle est la proportion de sonystes chez les lecteurs du site. Pas sûr qu'ils aient la majorité absolue à eux seuls... ;-)
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursmahikeulbody 20-02-2014 21:56
Si je prends l'exemple du capteur de l'OMD-EM5 et celui du A7, je constate qu'il y a un 1,5 IL d'écart sur toutes les quatre courbes (bon, un peu plus mais toujours moins de 2 IL). Est-ce que ça veut dire que - toutes choses égales par ailleurs (qualité optique, ergonomie, af, etc...) que l'OMD EM5 (pour rester dans mon exemple) avec une optique ouvrant à F1.8 aura sensiblement le même niveau de résultat qu'un A7 avec une optique ouvrant à F3.5 ? Ou alors j'ai rien compris :oops: ?

NB. Je mets de coté la pdf, bien sûr (sachant qu'en FF, c'est pas toujours un avantage, ça dépend de ce qu'on veut faire).
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursPatrick Moll 20-02-2014 23:03
En effet, avec un Alpha 7 on pourra shooter avec un objectif fermé de 1,5 diaphs de plus à une sensibilité supérieure de 1,5 diaphs et avoir le même niveau de bruit. Et donc à peu près la même dynamique, profondeur de couleur, etc. dont vous avez justement noté qu'elles chutaient dans une même proportion.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursmahikeulbody 20-02-2014 23:25
Du coup je me demande quel est l'intérêt d'un FF équipé d'un objectif f3.5 sur un 4/3 équipé d'un objectif de qualité équivalente f1.8 ? Même pas la pdf puisqu'on aura la même focale équivalente. Bien sûr, sur un FF on peut aussi mettre un objectif f1.8 mais à quel prix et quel encombrement. de plus je vois surtout dans les forums des gens qui veulent un capteur toujours plus grand mais qui se limitent ensuite à des ouvertures plus modestes (pour des raisons financières ou d'encombrement), persuadés que de toutes façons, avec leur grand capteur, c'est forcément mieux alors qu'en fait c'est pareil et sans doute bien plus cher (du moins pour le boîtier : combien vaut un IL de mieux sur le prix ?).

Y a t-il d'autres raisons (du point d'un photographe amateur) qui justifient malgré tout l'usage d'un capteur plus grand tel que le FF ?
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursPatrick Moll 21-02-2014 00:38
L'intérêt principal du plein format, c'est la gestion de la profondeur de champ et cet "effet 3D" qui est difficile à décrire, mais qui a fait le succès du Canon 5D à l'époque. Ensuite il y a le bruit, la dynamique, etc. : entre 1 à 2 IL de mieux avec les mêmes paramètres d'exposition (mêmes ouverture, vitesse et sensibilité). Il n'est pas exact de dire que les optiques ouvertes sont chères et encombrantes en plein format, en tout cas pour ce qui concerne les focales fixes qui sont souvent privilégiées par les utilisateurs avancés. Pour ne prendre qu'un exemple que je connais bien, le Sony 50mm f/1.4 est très très compact, ne pèse que 220g et coûte 350€ dans les bonnes boutiques. Pour les zooms, c'est un peu moins vrai, mais cela n'a pas grand sens d'investir dans un plein format et de visser dessus des culs de bouteille faute de moyens : il faut penser son investissement de façon globale.
Autre avantage du plein format, la plus grande facilité d'avoir de très courtes focales. Tout ceci fait que le plein format est privilégié par les photographes de paysage qui bénéficient de l'ensemble des avantages, et des photographes de spectacle comme moi qui bénéficient de l'excellente maîtrise du bruit (je shoote au théâtre avec plusieurs boîtiers, chacun équipé d'une focale fixe très lumineuse). Les seuls photographes qui sont (partiellement) perdants, ce sont les animaliers qui perdent en focale équivalente.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursmahikeulbody 20-02-2014 22:10
Nombreux sont ceux qui ne shootent pas en raw (quelles qu'en soient les raisons : compétence, temps à y consacrer, etc...). ce n'est pas pour autant qu'ils sont illégitimes à utiliser un bon matériel et incapables de produire de belles photos quand bien même elles auraient pu être ceci ou cela en plus ou en moins via un post-traitement personnalisé.

Du coup, la démarche DXO appliquée aux jpeg permettrait d'évaluer, pour ces utilisateurs, la qualité des jpeg out of the box. Ce n'ets plus le capteur qu'on teste mais le capteur + le post-traitement appliqué dans l'appareil.

Indépendamment de la faisabilité (peut-être trop de combinatoire du fait qu'on peut toujours paramétrer un peu ce post-traitement dans l'appareil), est-ce que la démarche DXO aurait un sens appliquée aux jpeg ?
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursPatrick Moll 20-02-2014 23:07
En effet, DxO Labs pourrait également tester les Jpeg, mais comme vous l'avez noté, il y a quantité de réglages boîtier, notamment de réduction du bruit. Je pense qu'ils ne s'en sortiraient pas et surtout que ce serait assez compliqué à comprendre pour les amateurs peu au fait de toutes ces notions. DxOMark s'adresse clairement aux utilisateurs avancés, amateurs ou professionnels, et même pour eux, la compréhension des mesures et des scores DxOMark n'est pas évidente. C'est d'ailleurs ce qui m'a poussé à écrire cet article...
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursmahikeulbody 21-02-2014 07:48
J'anticipe sans doute sur l'article #2 à venir concernant les mesures DXO sur les objectifs mais une question me titille : sur les cinq caractéristiques d'objectif mesurés, il me semble que certains défauts peuvent être corrigés assez complètement en post-traitement (que ce soit dans l'appareil lors de l'élaboration du jpeg ou dans un logiciel sur PC sous réserve qu'il ait le profil de l'objectif). J'en tire donc la conclusion, peut-être erronée, que contrairement au score global "capteur", le score global "objectif" est moins pertinent pour l'utilisateur lambda et qu'il lui faudrait plutôt ne prendre en compte que les caractéristiques non "corrigées" pour faire une éventuelle comparaison entre objectifs.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursPatrick Moll 23-02-2014 01:56
Les mesures optiques et les scores DxOMark sont bien entendu non corrigés. Cela ne peut être autrement, puisque tout est fait à partir d'un Raw, et que par définition un Raw est constitué de données brutes. Les corrections sont des opérations logicielles réalisées sur des fichiers bitmap, que ce soit par le boîtier ou dans un logiciel de développement.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursmahikeulbody 23-02-2014 14:30
Je n'en doutais pas. Le "il" 'de "il lui faudrait plutôt ..." faisait référence à un utilisateur, pas à DXO et revenait en fait à vous demander à quelles caractéristiques mesurées par DXO il fallait attacher plus d'importance puisque non (ou plus difficilement) corrigeables.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursmahikeulbody 21-02-2014 11:04
Puisque le scoring DXO est normalisé, si on est en présence de deux capteurs (de même taille) avec le même score mais ayant une résolution différente, que peut-on dire en faveur de l'un ou l'autre (relativement à cette résolution) qui n'apparaît pas dans la note DXO ? Le plus pixellisé a t-il un avantage sur l'autre tant qu'on n'atteint pas la limite correspondant au tirage souhaité (si tant est que cette limite soit atteignable : impossible sur écran, peut-être sur tirage papier ?) ?
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursPatrick Moll 23-02-2014 02:04
A score égal, le plus pixellisé présente comme seul avantage une plus grande capacité de recadrage, avec évidemment une réduction proportionnelle de la qualité à taille de tirage ou de visualisation égale. Tant que cette qualité est suffisante, l'avantage est réel.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: Comprendre les mesures et les scores DxOMark #1 : les capteursmahikeulbody 23-02-2014 14:27
Réponse très claire, merci.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RAW Nikon vs RAW CanonGérard Foin 29-03-2014 01:15
Bravo pour cet article très instructif et pour les commentaires intéressants.
Je voudrais toutefois revenir sur votre commentaire du 20 Janvier:
Citation en provenance du commentaire précédent de Patrick Moll :
extrait: Si Nikon appliquait un débruitage amont appuyé, les images perdraient en piqué. Or, ce n'est pas du tout le cas : on constate que dans les tests optiques, les objectifs haut de gamme crèvent le plafond. De plus, DxO sait très bien reconnaître les Raw traités (voir ma réponse au commentaire suivant).
Cette histoire de débruitage amont est devenue une légende urbaine que les Canonistes se racontent entre eux pour se rassurer. Si cette légende était une réalité, ça n'expliquerait de toute façon en rien la stagnation depuis des années alors que toutes les autres marques ne cessent de progresser...

Je vous invite à consulter l'article suivant sur le site de Christian Buil: www.astrosurf.com/buil/nikon_test/test.htm
On peut légitimement se demander si ce problème existe encore aujourd'hui, mais il est inexact de parler de légende urbaine. Et ça n'a rien à voir avec un débruitage musclé. Nikon utilisait (et utilise peut-être encore) un algorithme gommant les pixels paraissant aberrants, par exemple des photosites chauds. Or, il est difficile de faire la différence entre un photosite chaud et une étoile faible. Il faut bien comprendre que cet algorithme ne saurait gommer les détails d'une image normale car ile s'agit pas d'un lissage mais de l'élimination de photosites isolés et jugés anormaux. Et je ne pense pas que DxO puisse le détecter...
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# RE: RAW Nikon vs RAW CanonPatrick Moll 02-04-2014 00:12
Ah mais on ne parlait pas de la même chose. La suppression de quelques pixels chaud et une réduction du bruit qui pourrait impacter les résultats DxOMark, ce sont deux choses différentes. On peut donc être d'accord, car la légende urbaine dont je parle, c'est celle du débruitage amont...
Répondre | Répondre en citant | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Connectez-vous pour bénéficier de la mise en ligne automatique de vos commentaires !

Reviews

11 février 2014
considerations-sur-la-visualisation-d-images-a-100-sur-ecran Cet article est un préalable au test complet du Sony Alpha 7R dont le premier opus - l'évaluation du bruit numérique en Jpeg et en Raw - sera mis en [...]
16 janvier 2014
comprendre-les-mesures-et-les-scores-dxomark-1-les-capteursSi DxO Optics Pro a su tirer son épingle du jeu malgré la domination de Lightroom, le banc d'essai optique DxO Analyser a fait bien mieux en devenant [...]
12 décembre 2013
samsung-ativ-book-9-une-excellente-alternative-au-macbook-airIl y a trois mois, mon MacBook Air 13" (mid 2011) a rendu l'âme. Pour pas grand-chose, juste la RAM qui a claqué. Mias voilà : si quoi que ce soit est [...]
22 avril 2013
les-gammes-optiques-sony-alpha-et-nexL'année 2012 et ce début d'année 2013 auront vu arriver pas moins de 13 nouvelles optiques : 7 pour les reflex Alpha et 6 pour les NEX. La gamme optique [...]
21 janvier 2013
review-du-papier-photo-moab-slickrock-metallic-pearl-260Le troisième volet du grand dossier sur la gestion des couleurs, publié dans le numéro 31 de Compétence Photo, était consacré au monde de l'impression. [...]
11 août 2012
dans-le-secret-des-filetages-specifiques-aux-trepieds-photoQue ce soit pour fabriquer une rotule panoramique "maison", bricoler un mini-trépied pour compact ou faire une fixation de flash à pince, on se heurte [...]
30 juillet 2012
flash-sony-tableaux-de-compatibilite-avec-les-boitiers-alphaLe sujet a été effleuré à plusieurs reprises : le protocole de communication boîtier-flash a subtilement, mais régulièrement, évolué depuis la reprise de [...]